Départementales 2015 : le Front national veut faire de l’Yonne un symbole

Le Front national veut taper fort dans l’Yonne, lors des prochaines élections départementales, les 22 et 29 mars.

Le parti d’extrême droite est le seul à avoir réussi le tour de force de placer un binôme de candidats dans chacun des 21 cantons du département. Preuve de « l’enracinement du FN », estime son patron dans l’Yonne, l’eurodéputé Edouard Ferrand.

« Vent en poupe »Le Front national semble vouloir faire du département un des symboles des prises frontistes en mars prochain, et table sur « trois binômes élus au minimum », fort de ses derniers résultats dans l’Yonne.

Score à relativiser au regard de l’abstention, le parti de Marine Le Pen avait néanmoins récolté 31,35 % des suffrages lors des dernières européennes. « Le meilleur résultat de toute la circonscription Est », se félicite encore Edouard Ferrand. Le Front national a « le vent en poupe dans l’Yonne, affirme Julien Odoul, proche de Marine Le Pen et membre de son cabinet, candidat dans le canton de Pont-sur-Yonne. Le FN a de très bons espoirs de prendre plusieurs cantons », martèle-t-il, balayant au passage toute idée de courir après un « trophée pour le FN. Il s’agit avant tout de défendre les habitants. »

Une rhétorique relayée par de grandes figures du parti. Michel Guiniot, membre du bureau politique du FN, avait sonné la charge à Sens, le 11 janvier dernier ; vice-président du parti, Florian Philippot avait poursuivi à Auxerre, le 25 février. Aujourd’hui, c’est la députée du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen, qui occupera le terrain.

« Il y a une certaine permanence du FN dans l’Yonne, qui s’explique par la ruralité du territoire, analyse Edouard Ferrand. Dans des cantons comme Ancy-le-Franc ou Cruzy-le-Châtel, il n’y a pas d’immigration, peu d’insécurité. Et pourtant, on cartonne. Ça veut dire que les gens veulent des territoires homogènes. Que la campagne ne soit pas oubliée. » Un écho à la France des oubliés chère à Marine Le Pen, qui pourrait résonner au-delà du Tonnerrois, le 29 mars. « Dans l’Yonne, nous sommes déjà certains que nous aurons des élus », veut convaincre Edouard Ferrand, persuadé de pouvoir tirer profit des divisions à droite.

Oui, dans l’Yonne, le Front national veut taper fort.

Willem van de Kraats
willem.vandekraats@centrefrance.com

 

Source : L’Yonne.fr